Les mots font le mur - du 22 janvier au 20 mars

Date : 2020-01-21
Date de fin : 2020-03-20
Heure : 18:30 à 21:30
Maison du Livre de Saint-Gilles
Les mots font le mur - du 22 janvier au 20 mars

De mi-janvier à mi-mars, la Maison du Livre interroge les divers aspects de la détention dans ses rapports à l’écriture. Ecriture qui libère, enferme, répare, dénonce, témoigne, s’évade ... Une exposition, des rencontres, des ateliers, des jeux et des joutes verbales pour interroger ce que notre conception de la punition dit de notre société : enfermer qui, comment, pourquoi, combien de temps ?


De la Ballade des pendus de François Villon au Dernier jour du condamné de Victor Hugo, du Comte de Monte-Cristo de Dumas au Journal du voleur de Jean Genet, de Dickens à Apollinaire, de Crime et châtiment au Prisonnier d’Azkaban, l’enfermement est un thème littéraire majeur. De tout temps, des auteur.e.s ont connu la prison et des prisonnier.e.s sont devenus auteur.e.s. D’autres, sans y avoir séjourné, laissent un travail documenté sur leur époque, à l’instar de Surveiller et punir de Michel Foucault, qui constitue une oeuvre de référence incontournable, à la fois érudite et militante, qui questionne et conteste la notion même d’emprisonnement. La réflexion existe mais est-elle entendue ? Nos prisons sont-elles des écoles du crime, des trous à rats, des zones de non-droit ? Proposent-elles à l’inverse des occasions de se reconstruire, s’amender, préparer sa réinsertion ? Quels sont les obstacles ? Pourquoi, en dépit des constats et des alarmes, enferme-t-on toujours plus, toujours plus mal ?

"Faire le mur" signifie à la fois l’évasion et l’enfermement. Comment maintenir un lien entre dehors et dedans ? Quels mots pour dire l’écartèlement, les longues peines, les vies brisées ? Ecrire en prison peut aider à mieux en sortir. Ecrire sur les prisons nous semble indispensable pour désentraver la réflexion et ne pas abandonner les prisonnier.e.s aux oubliettes.

Adresse : Maison du Livre de Saint-Gilles : 28 rue de Rome à 1060 Bruxelles

Exposition du 22 janvier au 20 mars 2020

L’exposition présentera quelques figures emblématiques : Albertine Sarrazin, Chester Himes, Nawal el Saadawi, Frédéric Beigbeder, le rappeur Samat ... Une cellule permettant de s’immerger dans l’univers carcéral sera reconstituée dans notre espace, où chacun.e pourra se plonger dans des écoutes radiophoniques thématiques. Nous présenterons divers objets de l’univers carcéral ou réalisés en cellule : oeuvres artistiques, résultats d’ateliers menés en prison, textes, photos, films et vidéos.

La visite pourra s’accompagner de jeux de société et mini-ateliers : réflexion sur le sens des mots qui varie selon qu’on soit dedans ou dehors, rédaction d’une carte postale à l’intention d’un prisonnier ... Sur réservation

L’exposition sera visible le mardi de 14h à 17h, du mercredi au vendredi de 14h à 18h et le samedi de 10h à 13h ainsi que sur rendez-vous. Entrée libre

Visites guidées pour groupes (scolaire, associatif) à partir de 8 personnes dans la mesure de nos disponibilités horaires. Tarif : 1 euro par personne. Contactez-nous sans tarder : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 02/543.12.26

Vernissage

• Mardi 21 janvier de 18h30 à 21h30

Introduction par David Scheer, docteur en criminologie, co-auteur de La prison. Réalités et paradoxes aux Presses universitaires Blaise Pascal.
Témoignage et lecture poétique par Alain Collin, ancien détenu, co-fondateur de l’association Living book qui vise à faire découvrir ou redécouvrir de grands classiques de la littérature français et étrangère, de manière originale et surtout conviviale ...

Enregistrement public de l’émission radio Les singes en hiver de Radio Panik

• Mardi 28 janvier à 19h

Parfois, parfois ... lors des longues années d’hiver, les causeries de certains singes perturbent les ondes de Radio Panik. Avec leurs invités et tous ceux qui veulent se joindre à eux, ils discutent avec un certain sérieux de choses qui les regardent, le tout accompagné d’un son, d’un poème déclamé ... Le thème du jour : Evaluation radicalisée ?

Dans les prisons françaises, il existe des quartiers spécifiques destinés à évaluer les détenus "radicalisés" : les QER. S’y retrouve tout détenu inculpé pour des faits de terrorisme mais aussi tous les détenus dont l’administration estime qu’ils sont radicalisés. Qui sont les personnes qui se retrouvent dans les QER ? Qui réalise leur évaluation ? Sur base de quelle méthode ? Avec quelles conséquences pour les personnes évaluées ?

Intervenants : Guillermon Kozlowski, Vincent Matyn, Chedia Leroij et David Scheer

Entrée libre

Diffusion le jeudi 6 février sur Radio Panik et disponible ensuite en podcast

Les écritures qui enferment

• Mardi 4 février à 19h

Comment fonctionne la machine à fabriquer des ennemis publics ? "Ne m’appelez plus Farid le Fou" n’a cessé d’adjurer Farid Bamouhammad aux journalistes qui rivalisaient pour peaufiner une légende qui finira par le séquestrer définitivement. Trop souvent, la presse s’acharne sur certains détenus, empêchant leur réinsertion, quand ce ne sont pas les auteurs de fictions qui s’emaprent de destins réels. Au départ de quelques cas emblématiques, nous nuos interrogerons sur ces formes particulières de doubles peines par écriture interposée.

Psychothérapeute et romancière (Amour et Kabale), Sophie Buyse est aussi visiteuse de prisons, notamment de feu Farid Bamouhammad. Journaliste de renom, ancien présentateur du JT de la RTBF et professeur à l’ULB, Jean-Jacques Jespers préside actuellement le Conseil de déontologie journalistique. Avocat spécialiste en droit pénal et en droits de l’homme, ancien président de la Commission des prisons de la Ligue des Droits Humains, Me Réginald De Béco est aussi un grand lecteur, notamment marqué par les Souvenirs de la maison des morts de Dostoïevski.

P.a.f. : 4 euros - 2,5 euros (étudiants et demandeurs d’emploi) - 1,25 euros (article 27) - entrée libre pour les sans papiers

Les écritures qui libèrent

• Mardi 11 février à 19h

Les raisons d’écrire sont nombreuses dans l’espace et le temps contraints des prisons. Au détour d’une rencontre ou d’une lecture, de véritables vocations naissent, pendant ou après l’enfermement. Incarcéré depuis 17 ans, Eric Lammers entame une correspondance avec Caroline Lamarche. S’ensuivront une création radio à France Culture, puis, au terme d’un long parcours de réinsertion, la publication des livres Une âme plus si noire et Une vie de .... La rencontre d’un professeur de philo en prison permettra à Audrey Chenu de se reconstruire et, une fois libérée, de devenir enseignante. Deux témoignages de mains tendues et saisies qui ne doivent par faire oublier qu’ils ne sont pas majoritaires.

Prix Goncourt de la nouvelle pour Nous sommes à la lisière, Caroline Lamarche est romancière, poétesse et dramaturge. Eric Lammers vit aujourd’hui entre la Serbie et la Belgique. Audrey Chenu est institutrice, slameuse, entraîneuse de boxe et co-autrice du livre Girl Fight. Animation : Marie-Hélène Rabier, commissaire de surveillance aux prisons de Forest et de Berkendael

P.a.f. : 4 euros - 2,5 euros (étudiants et demandeurs d’emploi) - 1,25 euros (article 27) - entrée libre pour les sans papiers

Quels mots pour changer la prison ?

• Jeudi 20 février à 19h

Quel projet sous-tend l’enfermement ? Quelle légitimité ? La prison est-elle réformable ou faut-il l’abolir définitivement ? L’enfermement est censé éloigner temporairement les personnes dangereuses pour leur permettre de s’amender et de préparer leur sortie avec un moindre risque de récidive. Ce principe général se heurte à l’indifférence, au sous-financement, à une certaine démagogie. Des alternatives existent pourtant et il est nécessaire que le système pénitentiaire soit sans cesse questionné, réformé, révolutionné, de l’intérieur comme de l’extérieur. Que disent les philosophes, les sociologues ou les architectes du sens de la peine ? Comment dialoguent recherche et expérience vécue ?

Avocate pénaliste, chargée de cours à l’Université Saint-Louis et Vice-Présidente de la commission de surveillance de la prison de Saint-Gilles, Olivia Nederlandt réalise actuellement une thèse de doctorat sur l’exécution des peines, dans laquelle elle questionne notamment l’usage du mot "réinsertion". Docteur en philosophie, spécialiste de l’étude du monde carcéral et du placement sous surveillance électronique, Tony Ferri est aussi conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation au sein du ministère de la Justice et auteur de nombreux ouvrages sur les pénalités contemporaines.

P.a.f. : 4 euros - 2,5 euros (étudiants et demandeurs d’emploi) - 1,25 euros (article 27) - entrée libre pour les sans papiers

Pris’en conte (jeu)

• Samedi 15 février à 15h et mardi 17 mars à 19h

Né d’une collaboration entre la FAMD et l’ARC, Pris’en conte est un jeu encore en phase de test qui vise à sensibiliser à la condition des prisons, en plongeant les joueurs dans des narrations et des épreuves de manière à leur faire vivre une expérience sur le plan tant émotionnel qu’intellectuel. Le jeu a été réalisé en collaboration avec les personnes internées à l’annexe psychiatrique de la prison de Saint-Gilles. Les cartes, directement inspirées par leurs paroles, témoignent de leur vécu, de leur parcours de vie, de leurs conditions d’incarcération et de leurs difficultés de réinsertion.

Avec Elisabeth Mertens, animatrice à Action et Recherche Culturelle (ARC) et Agnès Delil, animatrice à la Fondation pour l’Assistance Morale aux Détenus (FAMD)

Pour dix personnes maximum, comptez 1h30 de jeu suivi d’une discussion. Réservation indispensable : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 02/543.12.20

Entrée libre

"Vous vous appelez ..."

• Mardi 3 mars à 19h

En 2006, Nicole Malinconi rend visite à Michèle Martin, incarcérée à la Prison de Namur et qui sollicite un accompagnement à l’écriture. Un dialogue s’installe. L’ex-femme de Marc Dutroux se confie, puis se rétracte, aimerait écrire sur son passé familial, sur ses conditions de détention. Nicole Malinconi insiste sur le fait que sa parole restera irrecevable tant qu’elle refusera de faire face aux terribles événements ayant mené à la mort de Julie et Mélissa. Elle consigne leurs rencontres à la deuxième personne, d’une écriture précise, cherchant la part de l’humain et de l’inhumain. Michèle Martin refuse de voir le miroir tendu et demande à ce que le livre ne paraisse pas ... Nicole Malinconi s’entretiendra avec Françoise Nice sur leur rencontre, sur le livre et sa décision de le publier.

Depuis Hôpital silence (Minuit, 1985) jusque De fer et de verre (Les impressions nouvelles, 2017), Nicole Malinconi est une figure majeure et éclectique de la littérature belge. Françoise Nice est journaliste, historienne, poétesse, passionnée par la Russie, l’Afrique, la littérature et le théâtre.

P.a.f. : 4 euros - 2,5 euros (étudiants et demandeurs d’emploi) - 1,25 euros (article 27) - entrée libre pour les sans papiers

Interventions littéraires et artistiques en milieu carcéral : table ronde

• Samedi 7 mars de 14h à 18h

Clubs de lecture, ateliers d’écriture ponctuels ou au long cours, ateliers de rap, slam, vidéo, radio, théâtre ... Qui intervient en prison et comment ? Est-il tenu compte de la demande des prisonniers ? En séance plénière ou en petits groupes thématiques, nous mettrons en commun les bonnes et les moins bonnes expériences, les grands objectifs, les petites subversions, les trucs et astuces ...

Pour professionnels et toute personne concernée. Précision sur les intervenants sur notre site dès février. Insription préalable auprès de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 02/543.12.23, si possible en mentionnant vos questions et vos attentes.

Entrée libre

Finale en publique des joutes verbales

• Vendredi 20 mars à 19h

De mi-janvier à mi-mars, deux classes de deux écoles saint-gilloises participeront à un cycle de joutes verbales*. Tout au long du cycle et afin de se préparer à la finale, les élèves apprendront à nourrir leurs réflexions, à développer leur esprit critique et à construire un argumentaire pour pouvoir ensuite jouter à partir de questions liées aux thématiques de l’événement "Les mots font le mur". Lors de cette soirée, un jury désignera les vainqueurs de chaque joute sur base des meilleurs arguments et de l’habileté rhétorique des élèves. Venez les écouter et les encourager, émtions garanties.

Entrée libre

* Les joutes oratoires sont des confrontations d’arguments entre protagonistes qui n’ont pas le choix de leur position.

En partenariat avec les Ambassadeurs d’expression citoyenne, l’institut des Filles de Marie et l’Institut Saint-Luc. Ce projet a reçu le soutien du programme "La culture a de la classe" de la COCOF.

Chez nos partenaires

• Ongles Rouges le jeudi 30 janvier à 20h au Centre Culturel Jacques Franck

Elles sont 7 femmes. L’une face à la mer, les autres en situation d’enfermement. Au fil de leurs letttres, de leurs rencontres, il est quetsions de gestes quotidiens, de corps intime, de corps social, et des marques du temps sur leurs peaux. Au fil du film se tissent un langage commun, une chorégraphie sensible et l’espace d’une vie à tenir.
La projection du documentaire (2017) sera suivie par une rencontre avec la réalisatrice Valérie Vanhoutvinck (sous réserve) et précédée de la diffusion de deux vidéo-clips réalisés à la prison de Saint-Gilles dans le cadre du projet "Murmuzic".

 

• The Mustang le dimanche 2 février à 20h au Centre Culturel Jacques Franck

Film de Laure de Clermont-Tonnerre. Avec Mattias Schoenaerts, Jason Mitchell, ...
France-USA 2019 - 1h36 - Vo St. Bil.

Roman Coleman, détenu dans une prison rurale du Nevada qui tente d’échapper à son passé violent, et tenu de participer à un programme de réinsertion sociale. Repéré par un entraîneur chevronné et aidé d’un codétenu et cavalier, Roman est accepté dans la section d’entraînement sélectif des chevaux sauvages du programme. La projection sera précédée de la diffusion des vidéo-clips réalisés à la prison de Forest dans le cadre de "Murmuzic".

 

• Lectures des textes retenus par le concours "Après ..." le vendredi 6 mars à 18h à la Foire du Livre

La Concertation des Associations Actives en Prison, en association avec l’Atelier d’Education Permanente pour Personnes Incarcérées, le Service de la Lecture publique de la FWB et la Maison du Livre, lancent un concours d’écriture en prison (récits, nouvelles, poèmes, témoignages, ...), ouvert à toute personne détenue.
Lecture des extraits par Angelo Bison (sous réserve), Céline Schmitz et Nicolas Swysen (compagnie Gambalo)

 

Informations : https://lamaisondulivre.be/spip.php?article848

Newsletter

Contact

CAAP asbl
Boulevard Léopold II, 44 (local 2C138)
1080 Bruxelles
Tel 02 513 67 10
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.